Anthony Masure

chercheur en design

Art et culture à l’ère numérique : 5 provocations pour penser les temps présents

Contexte

Cycle de conférences UNIGE « Comprendre le numérique », session « Art et culture à l’ère numérique, ou comment la culture s’exprime aujourd’hui », dir. Yaniv Benhamou.

Revoir cette intervention

Voir cette vidéo sur Vimeo

Slides

Utilisez les flèches directionnelles pour naviguer dans les slides

Voir les slides en plein écran

« Les professeurs Yaniv Benhamou, Anthony Masure, Sarah Kenderdine et Françoise Benhamou (de g. à dr.) sur la scène d’Uni Dufour, à Genève. Photo Heidi.news (DR) », UNIGE, 30 novembre 2021
Anthony Masure, participation à la conférence « Art et culture à l’ère numérique, ou comment la culture s’exprime aujourd’hui », UNIGE, 30 novembre 2021
Anthony Masure, participation à la conférence « Art et culture à l’ère numérique, ou comment la culture s’exprime aujourd’hui », UNIGE, 30 novembre 2021

« […] Des experts… Ont été conviés à cette conférence:

– la professeure Françoise Benhamou, de l’Université Paris XIII et présidente du Cercle des économistes,
– la professeure Sarah Kenderdine, directrice du Laboratory for Experimental Museology de l’EPFL,
– le professeur Anthony Masure, responsable de l’Institut de recherche en art et en design à la HEAD – Genève / HES-SO.

… et des provocations. Anthony Masure, justement, a bousculé l’assistance et les idées reçues en présentant «cinq provocations», comme autant de manières de montrer que le rapport entre culture et numérique peut être envisagé de multiples façons :

– L’histoire du numérique invite à en finir avec la notion d’innovation. Ne serait-ce que parce que cela fait désormais des décennies que les artistes ont intégré le numérique à leur création et qu’il n’y a, en ce sens, plus rien d’innovant.
– Les technologies ne sont pas des outils. Tout du moins ne sont pas que des outils au service de l’économie et qu’elles peuvent aussi être utiles à la création.
– Il est de plus en plus difficile de distinguer art, pop culture et jeu vidéo. Et de prendre pour exemple le jeu Fortnite, au modèle économique particulier ou encore les CryptoPunks (des collections de NFTs).
– Le machine learning ne remplacera que les mauvais artistes.
– La blockchain rendra la marche de l’art moins capitaliste. Un comble alors que les cryptomonnaies qui lui sont intimement liées sont principalement décriées pour leur essence spéculative. Que reconnaît Anthony Masure, tout en estimant qu’il est possible d’en faire meilleur usage. […] »

Julien Pralong, « Le numérique modifie certains paradigmes de l’art », Heidi News, 30 novembre 2021, https://www.heidi.news/innovation-solutions/le-numerique-modifie-certains-paradigmes-de-l-art

Documents liés

Thinking Machines

janvier 2020

Conférence avec Alexia Mathieu, responsable du Master Media Design de la HEAD – Genève. Séance inaugurale du cycle « Machine Vision : surveillance, simulation, spéculation », Paris, Le BAL

Against black boxes. Design and artificial intelligence

février 2020

Basel, Critical Media Lab

Au-delà du Bitcoin : usages et pratiques des technologies blockchain

février 2018

Communication avec Guillaume Helleu dans le cadre de la journée d’étude « Monnaie Humanum Est », dir. Brice Genre, université Toulouse – Jean Jaurès, master DTCT

Résister aux boîtes noires. Design et intelligences artificielles

septembre 2018

Conférence donnée au colloque colloque MCRIDD, Tunis, Institut Supérieur des Arts Multimédia de la Manouba (Isamm)

Interview pour l’émission « Dans ton Campus » de la radio Fréquence Banane

novembre 2021

Entretien radiophonique avec Baptiste Leduc pour l’émission « Dans ton Campus » de la radio Fréquence Banane.

Singulariser le multiple : transformation des pratiques artistiques à l’ère de la blockchain et des NFT

octobre 2021

Conférence avec Guillaume Helleu, donnée au séminaire « Actualité de la recherche », HEAD – Genève + UNIGE.