en

Anthony Masure

Enseignant-chercheur en design

Anthony Masure

Enseignant-chercheur en design www.anthonymasure.com

Machines désirantes : des sexbots aux OS amoureux

Anthony Masure

Enseignant-chercheur en design www.anthonymasure.com

Machines désirantes : des sexbots aux OS amoureux

Résumé

Nous proposons de rendre compte de l’émergence du désir au cœur de la relation entre un être humain et une machine, tel qu’il est représenté dans les fictions audiovisuelles. Si, dans nos expériences quotidiennes, ce désir s’exprime le plus souvent sur le mode de la frustration, il semble que le cinéma de science-fiction projette d’autres devenirs du désir comme possible horizon de la technologie, notamment au trave­­­rs du trope du sexbot. Dans la réalité des objets désignés, le sexbot reste encore un jouet passif proche du sextoy. Une figure plus trouble émerge dans les fictions audiovisuelles lorsque que la machine (selon les cas : le robot, l’ordinateur ou l’intelligence artificielle) peut faire de ce désir un sentiment réciproque et devenir alors une « machine désirante ». Des femmes télécommandées de Stepford Wives à l’intelligence sans corps de Her, nous tâcherons de qualifier ces imaginaires de l’informatique sexués et sexuels, et le devenir de ceux-ci dans les processus de conception propres au design.

Lire l’article sur le site de la revue ReS Futuræ

Alex Garland, Ex Machina, A24, Universal, 2015

Présentation de la revue
ReS Futuræ est une revue francophone internationale dédiée à l’étude de la science-fiction sous toutes ses formes : littérature, cinéma, arts graphiques, jeux vidéo, musique, design et phénomènes culturels divers. C’est une revue académique, à comité de lecture et arbitrage par les pairs, fondée sur un partenariat avec la revue Science Fiction Studies : des traductions croisées d’articles acceptés dans l’une et l’autre revue seront publiées régulièrement. Dans le paysage académique francophone, ce sera la première revue de cette nature.

Numéro 10, novembre 2017 : « Imaginaire informatique et science-fiction. Du Cyberpunk à nos jours »
La question d’un « imaginaire informatique » embrasse les figures que la science-fiction, tous médias confondus, a élaborées pour à la fois témoigner de l’irruption de l’informatique dans notre réalité, et pour en imaginer et conceptualiser l’avenir, et les répercussions sociales et individuelles. Réciproquement, se trouve posée la question de ce que l’informatique fait à la science-fiction, entre enjeux de représentabilité (comment la représenter ?), développements réflexifs où l’informatique permet à la science-fiction de se penser elle-même, et expériences formelles sous l’influence des langages informatiques.

Pages liées

Conférence Novembre 2017

Sexbots : sexe, technologie, politique

Anthony Masure, « Sexbots : sexe, technologie, politique », communication avec Pia Pandelakis dans le cadre de la journée d’étude « Sex Plays : penser les objets du sexe du présent », université Toulouse – Jean Jaurès / Master DTCT, dir. Pia Pandelakis, 27 novembre 2017

Publication Avril 2016

Subjectivités computationnelles et consciences appareillées

Anthony Masure, « Subjectivités computationnelles et consciences appareillées », Multitudes, no 62, avril 2016, p. 87-96

Publication Septembre 2017

Panne des imaginaires technologiques ou design pour un monde réel ?

Anthony Masure, « Panne des imaginaires technologiques ou design pour un monde réel ? », dans : actes de la journée d’étude « CinéDesign : pour une convergence disciplinaire du cinéma et du design » des 6 & 7 octobre 2016, dir. Irène Dunyach & Pia Pandelakis, université Toulouse - Jean Jaurès, laboratoire LLA-CRÉATIS, septembre 2017

Conférence Octobre 2015

Machines désirantes : des sexbots aux OS amoureux

Anthony Masure, Pia Pandelakis, « Machines désirantes : des sexbots aux OS amoureux », communication dans le cadre du colloque scientifique « Formes contemporaines de l’imaginaire informatique », dir. Cédric Chauvin et Éric Villagordo, université Paul-Valéry, Montpellier