en

Anthony Masure

Enseignant-chercheur en design

Anthony Masure

Enseignant-chercheur en design www.anthonymasure.com

Post-numérique ou post-politique ? Le cas des objets « connectés »

Anthony Masure

Enseignant-chercheur en design www.anthonymasure.com

Post-numérique ou post-politique ? Le cas des objets « connectés »

Conférence donnée au colloque international de design RAID, « Objet(s) post-numérique(s) », École Supérieure des Sciences et Technologies du Design (ESSTED), université de la Manouba, Tunis, 27 avril 2017

Résumé

Depuis une dizaine d’années environ, le champ des objets dits « connectés » (à Internet) a fait son chemin dans notre quotidien (domotique, wearables, etc.). Fréquemment qualifiés « d’intelligents », ces derniers se situent à l’intrication du design produit et de la programmation. Pourtant, alors que le vocabulaire de l’intelligence et de la connexion semble impliquer des valeurs d’objectivation et de partage, les objets qui sont désignés sous ce terme se caractérisent trop souvent par le fait que leur « centre de commande » (Gilbert Simondon) est en fait une « boîte noire » où « l’individu devient seulement le spectateur des résultats du fonctionnement des machines » (Gilbert Simondon). Reliés à des « applications » numériques, les objets « connectés » ne semblent exister que parce qu’il est loisible de les fabriquer – comme le montre avec ironie le compte Twitter Internet of Shit ou des séries comme Black Mirror qui dénoncent leurs problèmes de sécurisation et d’obsolescence de ces produits (Tristan Nitot, Mathias Rollot).

Dès lors, comment penser des démarches de design qui ne se contentent pas d’explorer de nouveaux « possibles » technologiques juste parce qu’ils existent ? À rebours d’une technique instrumentalisée, nous souhaitons, dans cette communication, examiner des directions de travail plus soutenables permettant de ‹ ménager des espaces de liberté › et de multiplier ce faisant les occasions de pilotage ou d’orientation (Norbert Wiener, Michel Foucault) permettant à chacun de compter pour soi » (Pierre-Damien Huyghe). Nous nous demanderons alors s’il est envisageable de qualifier ce travail de « post-numérique » (terme qui, chez Grégory Chatonsky, désigne un mouvement artistique), au sens où le numérique, désormais partout (Lev Manovich), est devenu un « milieu technique » qui reconfigure d’autant insidieusement plus notre quotidien que ses enjeux sociopoliques sont laissés sous silence dans les promesses des discours marketing (Evgeny Morozov). Une telle initiative implique une visée politique du design (William Morris, Annick Lantenois, Alessandro Mendini), à même de dégager des modes de négociation et de co-construction permettant d’habiter collectivement notre époque.

Slides

Utilisez les flèches directionnelles pour naviguer dans les slides

Voir les slides en plein écran

Bibliographie

  • Chatonsky Grégory, « Entre matérialisation numérique et matérialité post-digitale », Chatonsky.net, 2015, [En ligne], http://chatonsky.net/entre-materialisation-numerique-et-materialite-post-digitale

  • Dautrey Jehanne, Emanuele Quinz, Strange Design. Du design des objets au design des comportements, Forcalqueiret, It, 2014.

  • Foucault Michel, « Le jeu de Michel Foucault » [1977], entretien avec D. Colas, A. Grosrichard, G. Le Gaufey, J. Livi, G. Miller, J. Miller, J.-A. Miller, C. Millot, G. Wajeman, dans : Michel Foucault, Dits et écrits, tome 2, 1976-1988, Paris, Gallimard, 2001, p. 298-329.

  • Huyghe Pierre-Damien, À quoi tient le design, Saint Vincent de Mercuze, De l’Incidence, 2014.

  • Lantenois Annick, Le vertige du funambule. Le design graphique entre économie et morale, Paris, B42, 2010.

  • Lyotard Jean-François, La condition postmoderne, Paris, Minuit, 1979.

  • Manovich Lev, Software takes command, New-York, Bloomsbury Academic, 2013.

  • Masure Anthony, Le design des programmes, des façons de faire du numérique, thèse dirigée par Pierre-Damien Huyghe, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR Arts plastiques et Sciences de l’art, 2014, [En ligne], http://www.softPhD.com

  • Morris William, Comment nous vivons et comment nous pourrions vivre [1884], trad. de l’anglais par Francis Guévremont, Paris, Payot, 2010.

  • Mendini Alessandro, Écrits [1972-2012], éd. établie par Catherine Geel, trad. de l’italien par Pierangelo Caramia et Catherine Geel, Dijon, Les presses du réel, 2014.

  • Morozov Evgeny, Pour tout résoudre cliquez ici. L’aberration du solutionnisme technologique [2013], trad. de l’anglais par Marie-Caroline Braud, Limoges, FYP, 2014.

  • Nitot Tristan, Surveillance:// Les libertés au défi du numérique : comprendre et agir, Caen, C&F, 2016.

  • Rollot Mathias, L’obsolescence. Ouvrir l’impossible, Genève, Metis Press, 2016.

  • Simondon Gilbert, Du mode d’existence des objets techniques [1958], Aubier, Paris, 2012.

  • Wiener Norbert, Cybernétique et société. L’usage humain des êtres humains [1950], Paris, Point, 2014.

Les rencontres annuelles internationales du design sont nées d’une initiative de l’École Supérieure des Sciences et Technologies du Design et s’articulent autour de deux volets majeurs : un scientifique portant un regard prospectif sur le domaine de la recherche et un autre expérientiel, tourné vers l’exploration de nouvelles formes de pratiques et d’échanges, visant l’ouverture du design sur d’autres domaines et d’autres territoires. La vision des RAID aspire à sillonner et à saisir de nouvelles formes d’interactions possibles entre le design et ses environnements scientifiques, professionnels, culturels, etc. Car le design est avant tout multidisciplinaire et créateur de ponts. C’est en cela que les RAID se focalisent sur la particularité d’une perception systémique de ce qui est donné à entrevoir, à comprendre et à concevoir en design, pour le design et par le design (Findeli, 2005). Les RAID en sont à leur troisieme édition, qui se tiendra durant trois jours du 26 au 28 avril 2017 à l’ESSTED sous la thématique « objet (s) post numérique(s) ». Cette édition découle de l’intérêt porté au champ la technologie numérique et de ce qu’elle pourrait générer comme opportunités dans notre société. L’objectif serait de saisir la direction que prendraient nos modes de vie sous son emprise. Le champ de l’objet(s) post-numérique(s) nous nous permet de nous interroger davantage sur les défis et les opportunités de nos sociétés de demain. Dans ce nouvel environnement, appréhender les transformations à venir et saisir de nouvelles opportunités et les innovations sont les enjeux et les défis qui se posent au numérique.

Comité directeur
Naoufel ABBES (directeur des RAID)
Anis SEMLALI (directeur de l’ESSTED)
Salma KETATA
Omar BLIBECH
Hayla MEDDEB
Ameni FEKI
Amir HAMZAOUI

Comité d’organisation
Aziza AZZOUZ
Azza RAJHI
Abdelmounem TAOUAI
Sana TAMZINI
Ali BOUDEN
Mohamed Marouen M’BARKI
Nader BOUKEDI
Fathi M’HAMDI
Héla ZOUARI
Kamel KHALFAT
Olfa HELALI
Ines ZILI

Pages liées

Article Janvier 2017

L’intelligence en défaut des smart cities

Anthony Masure, « L’intelligence en défaut des smart cities », Sur-Mesure, no 1, « Villes, usages et numériques », janvier 2017

Conférence Mars 2016

La fable des techniques invisibles

Anthony Masure, « La fable des techniques invisibles », conférence dans le cadre du cycle « Graphisme / Technè », université de Strasbourg & HEAR Strasbourg, dir. Vivien Philizot

Conférence Mars 2016

« Le design entre recherche et développement », conférence à Stereolux Nantes

Anthony Masure, « Le design entre recherche et développement », conférence à Stereolux, Nantes, 17 mars 2016