en

Anthony Masure

Enseignant-chercheur en design

Anthony Masure

Enseignant-chercheur en design www.anthonymasure.com

Sexbots : sexe, technologie, politique

Anthony Masure

Enseignant-chercheur en design www.anthonymasure.com

Sexbots : sexe, technologie, politique

Communication avec Pia Pandelakis dans le cadre de la journée d’étude « Sex Plays : penser les objets du sexe du présent », université Toulouse – Jean Jaurès / Master DTCT, 27 novembre 2017

Slides

Utilisez les flèches directionnelles pour naviguer dans les slides

Voir les slides en plein écran

Contexte de la journée d’étude

En 2017 on estime à 13% le nombre de requêtes sur les moteurs de recherche qui s’inscrivent dans le registre de la pornographie. Ceci est même banal, tout comme le fait d’observer que « le sexe vend ». De nouveaux sextoys arrivent tous les mois sur le marché, tandis que de nouveaux discours s’élaborent autour des rencontres et des activités à caractère sexuel. Nous n’avons pas encore les moyens techniques de construire de parfaits sexbots (robots pour le sexe), mais nos fictions, de Ex Machina à Hot Bot, investissent pourtant frontalement le champ des interactions sexuelles humain-machine. De nombreux documentaires présentent par ailleurs les relations contradictoires qui animent la culture occidentale, entre le jeu de la satisfaction instantanée (avec Grinder, Tinder, et d’autres services du même acabit) et les schémas de l’addiction (dans Chem Sex, 2015).

Le sexe est bien sûr aussi une question de pouvoir, et l’absence d’autonomie sexuelle constitue une privation de liberté et de droits. En France, il est toujours interdit aujourd’hui de recourir aux services d’un/e assistant/e sexuel/le dans les cas des personnes en situation de handicap, alors que la pratique est légale en Belgique, Suisse, Italie, etc. et même financée par l’État au Danemark. Le documentaire Yes We Fuck (2015) nous rappelle que le sexe n’est pas seulement une question de plaisir, mais bien d’agentivité — en tant que tel, il devrait constituer une part fondamentale de tout projet de justice sociale. Les débats actuels autour du sexe viennent aussi remuer notre compréhension des dichotomies de sexe / genre. Alors que les personnes trans, intersexe, queer, fluides se battent pour obtenir visibilité et respect, il semble que les productions du design, et plus particulièrement les sextoys, peuvent jouer un rôle décisif dans les stratégies politiques autour des identités personnelles et collectives.

Pages liées

Conférence Juin 2016

Archéologie des « notifications » numériques

« Archéologie des notifications numériques », communication avec Pia Pandelakis dans le cadre du colloque scientifique « Archéologie des médias et écologies de l’attention », dir. Yves Citton, Emmanuel Guez, Martial Poirson et Gwenola Wagon, Cerisy-la-Salle

Conférence Avril 2017

Post-numérique ou post-politique ? Le cas des objets « connectés »

Anthony Masure, « Post-numérique ou post-politique ? Le cas des objets ‹ connectés  », conférence au colloque international de design RAID, « Objet(s) post-numérique(s) », dir. Naoufel Abbes, Tunis, université de la Manouba, École Supérieure des Sciences et Technologies du Design (ESSTED), 27 avril 2017

Conférence Mars 2016

La fable des techniques invisibles

Anthony Masure, « La fable des techniques invisibles », conférence dans le cadre du cycle « Graphisme / Technè », université de Strasbourg & HEAR Strasbourg, dir. Vivien Philizot

Conférence Octobre 2015

Machines désirantes : des sexbots aux OS amoureux

Anthony Masure, Pia Pandelakis, « Machines désirantes : des sexbots aux OS amoureux », communication dans le cadre du colloque scientifique « Formes contemporaines de l’imaginaire informatique », dir. Cédric Chauvin et Éric Villagordo, université Paul-Valéry, Montpellier