en

Anthony Masure

Enseignant-chercheur en design

Anthony Masure

Enseignant-chercheur en design www.anthonymasure.com

Table-ronde à la Gaité Lyrique autour du livre Le langage des nouveaux médias de Lev Manovich

Anthony Masure

Enseignant-chercheur en design www.anthonymasure.com

Table-ronde à la Gaité Lyrique autour du livre Le langage des nouveaux médias de Lev Manovich

Organisation et modération d’une table-ronde à la Gaîté Lyrique avec Sylvia Fredriksson, juillet 2013.

Le 20 juillet 2013 s’est tenue l’édition #05 de REWU à la Gaîté Lyrique, rencontre proposée par Anthony Masure et portée sur le design numérique à partir des concepts développés par Lev Manovich dans ses deux derniers livres : Le langage des nouveaux médias (2001) et Software takes command (2013). Cet événement a réuni universitaires, développeurs, artistes, activistes, ou acteurs institutionnels pour dialoguer sur ces questions.


REWU est un dispositif de conversation au centre de ressources et sur le plateau média de la Gaîté Lyrique à Paris. Chaque édition de l’événement s’articule autour d’une thématique proposée par un lecteur, et d’un corpus d’ouvrages associé à ce thème. Amateurs ou spécialistes, lecteurs, auteurs et documentalistes échangent, débattent et constituent ainsi une base de ressources documentaires contributive associés aux livres du centre de ressource et accessible en ligne.


Contributeurs : Anthony Masure, Robin de Mourat, Johanna Vaude.

Documentalistes : Catherine Di Sciullo, Élise Schweisguth, Laura Cattabianchi, Harold Foucher.


Présentation du livre Le Langage des nouveaux médias

Alors qu’aucune profession ne semble aujourd’hui échapper à l’usage des logiciels, par quelles disciplines théoriques faut-il passer pour penser ces « nouveaux » objets ? C’est précisément cette question que pose le champ des « software studies », ouvert par Lev Manovich et Matthew Fuller au début des années 2000 pour sortir d’une approche centrée sur la fonction et le mode d’emploi. En étudiant des programmes tels que Word, Photoshop, ou After Effects, ces auteurs analysent les fondements théoriques, historiques et idéologiques présidant à leur conception et à leur utilisation. Paru en 2001 (2010 en France), l’ouvrage Le langage des nouveaux médias a été internationalement salué par la critique. En élaborant un lexique et des modes d’articulation (les « opérations ») propres au logiciels dits de création, Lev Manovich nous donne des clés de lecture essentielles pour comprendre notre époque.


Présentation de la séance

La sortie en anglais du nouveau livre de Lev Manovich, Software takes command (juillet 2013), nous donne l’occasion de faire le point sur l’actualité et la singularité des « software studies ». En quoi les concepts et catégories développées par Lev Manovich sont-ils pertinents pour désigner nos modes de relations aux logiciels ?


Programme

15h-17h : Table-ronde autour de quelques concepts abordés par Lev Manovich


1/ Média, multi-média, mono-média :

Alors que l’on pense habituellement le numérique comme une imitation et une simulation des anciens médias, Lev Manovich montre que le développement des interfaces graphiques portait intrinsèquement en lui des caractéristiques nouvelles telles que le copier/coller, la recherche, ou le changement de vue. Pour Alan Kay, l’inventeur au Xerox PARC (à la fin des années 70) des interfaces graphiques, l’ordinateur est le premier « meta-médium », dont le contenu est « un panorama de médias déjà existants et de médias qui n’ont pas encore été inventés  » (Software takes command, p. 44). En quoi les logiciels dits de création peuvent-il recevoir l’appellation de « médias » ? Lev Manovich s’approche t-il ou s’écarte t-il des théories développées par Marshall McLuhan ?


2/ Idéologies et formes symboliques de la création numérique :

Un apport essentiel des « software studies » à la compréhension de nos environnements de travail consiste à analyser les fondements idéologiques et symboliques des logiciels de création. L’analyse que donne Matthew Fuller de Word nous permet de comprendre ce qui se cache derrière une interface pleine d’icônes : l’extension d’une vision du monde régie par le modèle du bureau et sa division des tâches en micro entités. De façon connexe, Lev Manovich analyse Photoshop, via Frederic Jameson, sous l’angle du « postmodernisme » (Le langage des nouveaux médias, p. 129) pour désigner le mode de production des images à partir de « sélections » dans des menus et « bases de données ». Dans le champ des images animées, Manovich distingue deux modes : l’intégration "masquée" d’éléments hétéroclites (comme dans le film Titanic où « le problème ne consiste plus à savoir comment produire des images convaincantes mais comment arriver à les fusionner » et le « montage spatial » qui affirme la dimension hétéroclite des éléments présents dans l’œuvre. En quoi ces analyses contribuent-elles à redéfinir les pratiques des artistes et designers ?


3/ Design d’information et big data :

Les "big data" désignent des données en grand nombre articulables à d’autres jeux de données. Elles ne peuvent plus être visualisées dans leur totalité mais doivent être traitées par des algorithmes complexes. Celles-ci peuvent provenir de sources libres ou propriétaires (Facebook, Twitter, Amazon, Google, etc.). Lev Manovich a récemment présenté le projet Phototrails.net, qui consiste à analyser le contenu de millions de photographies partagées sur Instagram. Il s’agit de visualiser les contenus des médias sociaux visuels, pour faire ressortir des « motifs » récurrents. Cette dernière partie de la table-ronde sera donc l’occasion d’échanger sur les formes émergentes de design d’information ("datavisualisation"). Comment représenter, non plus seulement les informations, mais les pratiques culturelles de circulation des images ?


17h-18h : Discussions thématiques entre le public et les invités, suivies de restitutions collectives.

Restitution des tables rondes. Groupe 1. Médias :

Restitution des tables rondes. Groupe 2. Big Data et visualisation de données :

Pages liées

Publication Décembre 2013

Le logiciel au pouvoir

Anthony Masure, « Le logiciel au pouvoir », note de lecture du livre de Lev Manovich Software takes command, Interfaces numériques, no 3, vol. 2, décembre 2013

Publication Juin 2011

Adobe : le créatif au pouvoir

Anthony Masure, « Adobe : le créatif au pouvoir », Strabic.fr, no sur « L’usager au pouvoir », juin 2011

Conférence Août 2013

« L’imprévu des programmes », conférence aux Rencontres de Lure

Anthony Masure, « L’imprévu des programmes », conférence aux 61e Rencontres de Lure, août 2013

Doctorat  2008-2014

Thèse de doctorat : Le design des programmes, des façons de faire du numérique

Anthony Masure, Le design des programmes, des façons de faire du numérique, thèse en Esthétique spécialité Design dirigée par Pierre-Damien Huyghe, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR Arts plastiques et Sciences de l’art, 2014, [En ligne], www.softPhD.com